side-area-logo

Traversée des Pyrénées

Transpyreneenne

Traversée des Pyrénées … 

Une belle aventure Multi-sports par Gwénael  874 kms / 35 000 m Dénivelé +- du 27 Juillet 2013 au 4 aout 2013



9 étapes

  • Banyuls-sur-mer / Batère 87 km
  • Batère / Mérens-les Vals 103 km
  • Mérens-les Vals / Guzet 112 km
  • Guzet / Chalet « la Pyrène » 75 km
  • Chalet « la Pyrène » / Lac de l’Oule 109km
  • Lac de l’Oule / Cauterets 92 km
  • Cauterets / Borce 80 km
  • Borce / Estérençuby 105 km
  • Estérençuby / Hendaye 111 km
  • 450 km VELO
  • 350 km Trail
  • 75 km rando-vol parapente

Bonjour Gwenaël … Parle nous de ta course « Transpyrénéenne » ...

« Non, non ! … il ne s’agit pas d’une course, c’est juste un « Trip », une aventure que j’avais en tête depuis déjà quelques temps. Cette année, n’ayant pas programmé de grosses épreuves, type UTMB, GRP, etc… et vu la complexité pour s’inscrire à ce type d’épreuves, j’étais carrément hors délais et une inscription était devenu impossible … C’est pour cela, que j’ai tout simplement décidé de m’inventer mon propre défi, à mon gout et surtout en fonction de mes capacités. »  déclare Gwenaël dont la maxime est « Rien que du bonheur » …

Transpyreneenne

«Trois semaines de vacances, c’était le moment ou jamais…» 

Mon père, à la retraite, n’avait jamais mis les pieds dans les Pyrénées. Faire mon assistance en voiture a été pour lui une bonne opportunité pour visiter cette chaîne pyrénéenne. Pas des moins fatiguant non plus…

Avant de partir je m’étais fixé quelques règles…

  1. Neuf jours : le bon compromis pour partager mes vacances entre ma passion sportive et ma vie de famille.
  2. le GR 10 : ne connaissant pas le parcours et n’ayant pas préparé en détail l’itinéraire. J’avais tout simplement pris le Gr10 comme référence. C’était ma main courante.
  3. profiter un maximum de l’aventure, tenter de récupérer un maximum de belles images, aller jusqu’au bout et surtout ne pas me blesser.

 

Concrètement, voici mon mode d’action

TranspyreneenneMon papa en mode assistance avec un véhicule, un téléphone, un GPS de voiture, mon ordinateur, mon vélo (avec roues course/vtt), mon parapente, ma combinaison Néoprène, mes bâtons et mon sac camel-bag, 1 lit pico, 2 tabourets, 1 table, 1 réchaud, 1 hamac, 1 bâche, 2 duvets, quelques changes, 1 kit de premier secours, 1 kit de couture, 1 kit de réparation vélo. De la nourriture dans une caisse, essentiellement des pâtes et une nourrisse de 40 l d’eau.

Je m’étais fixé entre 60 et 140 km par jour toutes épreuves confondues avec un minimum 30 à 40 km pour le Trail (ma discipline préférée) ou la rando-vol ( parfois sans vol d’ailleurs ).

TranspyreneenneTous les soirs, sur l’ordinateur, j’étudiais en détail les tronçons que je désirais faire le lendemain en jugeant approximativement la praticabilité en VTT ou NON … C’est pour cela qu’en fait, je n’ai pas fait énormément de VTT (point à améliorer pour la prochaine). J’établissais l’itinéraire et les points intermédiaires de manière à ce que ces derniers soit faciles à atteindre en véhicule pour mon assistance afin que je puisse faire l’échange du matériel et éventuellement me ravitailler.

TranspyreneenneSi je jugeais avoir pris un peu trop de retard sur une journée  je rallongeais la séquence vélo de route du lendemain pour rattraper le retard. Tous les soirs, je gavais mes GPS et celui de mon papa avec les « Tracks » et  « Waypoints » du lendemain.

Traversee des pyreneesJ’utilisais, un GPS doté de la cartographie au 1/25000° des Pyrénées pour m’orienter. En secours, J’avais un GPS de poignée avec la trace, mon téléphone, un petit kit de survie (couverture, sifflet, fil, aiguille, miroir, feu, streep. etc…) Pendant que j’étais sur le parcours, mon papa se chargeait de trouver un endroit où dormir (souvent au bord de route, mais toujours à proximité du GR10 afin d’être rapidement sur les rails dès le lendemain matin. Dans la journée il rechargeait mon ordinateur afin que je puisse recharger mes batteries de caméras, appareil photo, téléphone et transférer toutes les images et films sur disque dur le soir.


 Déroulement d’une journée Type :

  • 07 h 00 : réveil
  • 07H00 – 08h00 : petit déjeuner – démontage – rangement – plein des gourdes.
  • 08h00 : départ
  • 08H00 – 22H00 : en montagne, en basket, en parapente ou sur mon vélo avec 2, 3 ou 4 points intermédiaires prévus.
  • 22h00 – 23H00 : Diner : des pâtes + toilette.
  • 23H00 – 00H00 : Étude de l’itinéraire suivant – remise en condition du matériel et confection du sac pour le lendemain.
  • 00h00 – 07H00 : DODO à la belle étoile … sur le lit pico pour mon père. Dans le Hamac ou le plus souvent par terre pour moi. J’ai vraiment très bien dormi toutes les nuits. je vous laisse deviner pourquoi ;-))

Traversee des pyreneesEn ce qui concerne, le petit passage, canyoning, ce sont 4 copains de l’association « La tente » qui sont venus me rejoindre sur ma 8ème étape et m’ont proposé de me rajouter une petite difficulté supplémentaire.

 

Difficulté, que j’ai évidement accepté avec grand plaisir.

Transpyreneenne


La météo a été très agréable et nous avons eu 9 jours avec de soleil radieux. Je termine sans avoir chopé une seule crampe, sans un seul échauffement, sans une seule ampoule et surtout « Tout Bronzé »

En clair, « Rien que du bonheur… » sur cette transpyrénéenne…

 

Recommend
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIN
  • Pinterest
Share
Tagged in
Leave a reply