ITSAS ARIMAGwénaël et moi-même avons visionné pas mal de vidéos des skippers des courses précédentes et nous avons été très étonnés de voir tous ces animaux autour du bateau : des baleines, des dauphins, des daurades, des thons, des requins, des tortues et une multitude d’autres petits poissons dont nous ne connaissons pas le nom.
Impressionnés et surpris, nous avons voulu en savoir un peu plus. Lorsque Gwénaël, notre skipper traversera l’Atlantique, des milliers de poissons et de mammifères marins l’accompagneront. Parfois seule source de vie au milieu de l’océan et parfois seule attraction du moment pour l’être humain presque perdu dans la grande bleue.

C’est alors que nous est venue une idée ! Et oui, encore une !! Pourquoi ne pas en apprendre plus sur cette vie qui grouille sous les bateaux ? Certes, notre skipper va traverser l’Atlantique mais il va s’entrainer sur Socoa, Saint Jean de Luz, Hendaye et nous sommes convaincus que pleins d’animaux marins vivent ici, tout près de nous et que nous ne le soupçonnons même pas.

Que l’on habite à la campagne ou en ville, les animaux nous entourent. Que l’on en soit propriétaire ou non, nous cohabitons avec eux car ils font partis de la biodiversité. Et c’est donc en amoureux de la nature et des d’animaux que, tout naturellement, nous avons voulu nous rapprocher d’une association en lien avec les animaux marins.


ITSAS ARIMA

“Cliquez sur la photo pour accéder au site de l’association”

Nous avons découvert l’existence « d’Itsas Arima, l’âme de la mer » : itsasarima.com. Nous avons parcouru leur page Facebook et leur site internet et nous avons été séduits par une phrase d’un de leur article : « mieux connaître pour mieux protéger » ! Accrocheuse n’est-ce pas ? Nous avons mordu à l’hameçon et nous avons pris notre téléphone pour les contacter.
Le rdv est pris un samedi, début Janvier, au café chez Xina les Pyrénées pour discuter ! Nous avons rencontré Emilie et Aurore, deux biologistes passionnées et dynamiques. Nos projets distincts se marient parfaitement l’un avec l’autre et c’est un coup de cœur associatif qui se produit.

Le chocolat chaud s’apprécie fortement avec ce froid et nous ne voyons pas le temps passé. En seulement 2 heures, nous apprenons déjà beaucoup sur les mammifères marins que l’on peut trouver au ras de nos côtes basques.
Au fil de nos discussions, je repense aux articles de la pêche à la baleine pratiquée par mes ancêtres basques. Au XVI siècle, Les provinces les plus engagées tant dans la pêche que dans la chasse à la baleine furent les provinces côtières : Biscaya et Guipúzcoa, en Espagne, et Labourd, en France. Les ports de Saint Jean de Luz et de Bayonne étaient de forts pôles économiques et créaient une réelle dynamique.
Nos ancêtres parcouraient l’océan Atlantique pour chercher et ramener ces mammifères et, c’est presque ancré dans nos gênes : les baleines, il n’y en a plus chez nous. Et bien c’est faux ! De nombreuses espèces taquinent nos côtes et certaines s’échouent sur nos plages tant appréciées l’été.
Et il n’y a pas que des baleines ! De nombreux mammifères marins vivent chez nous au Pays basque, ici, tout près de nous et nous ne le soupçonnons pas.
ITSAS ARIMA
C’est pour cela que Gwénaël, lors de ses entraînements et de la Traversée, participera à des études scientifiques : Il identifiera les espèces qu’il rencontrera, il enregistrera des vocalises des cétacés pendant la Traversée. Ces données et ces études seront relayées auprès de projets pédagogiques avec les enfants avant le départ, pendant Rames Guyane et après cette aventure.

Aurore et Emilie nous accompagneront lors d’expo programmés. Vous découvrirez ainsi un pack associatif dynamique, sympa qui a très à cœur de vous faire partager ses passions respectives.
Aussi, lorsque vous achetez des coups de rame : 1 million en stock, l’association Rien que du Bonheur s’engage à reverser 20% de la somme totale récoltée à Itsas Arima.
Allez c’est pour la bonne cause ! A votre bon cœur Messieurs dames !

FLYER RIEN QUE DU BONHEUR